Dossier: La face cachée de Blue-Bay

Le centre de visite de Blue-Bay

D’après le rapport de l’audit en 2016, une somme colossale d’environ 32 millions de roupies a été dépensée dans la construction du parc marin de Blue-Bay et de la BBMPVC. Ce projet a été lancé en février 2013, et devait durer 240 jours mais a connu un retard conséquent. Ce n’est que 3 ans après que le projet a vu le jour. Le rapport de l’audit souligne plusieurs failles dans l’aboutissement du projet. D’abord, il y a eu une perte de 450,000 roupies à cause de 9 jours de retard sur le délai de la construction du site. Aussi, après une visite du site, les experts ont constaté que le bâtiment du centre n’était pas totalement opérationnel. Alors a quoi sert ce batiment de 32 millions de roupies?

                                         

La plage de Blue-Bay est connue pour son fameux parc marin et ses différentes nuances de bleu. Le parc marin est d’une superficie de 353 hectares. Ce parc abrite 108 espèces de coraux, environ 233 espèces de poisson, 30 espèces d’algues et 201 espèces de mollusques. Le centre n’arrive même pas à sauver les coraux existants et il a pour but l’élevage de nouveaux espèces de coraux. Un nouveau fiasco pour L’état!

A noter qu’en réalité environ la moitié  des coraux existants dans le parc marin ont été victimes du blanchissement.  Le Reef Conservation Society un ONG signale que le taux de blanchissement de coraux a travers l’ile augmente d’une facon alarmante. L’avenir de la biodiversité marine dépend de ce centre, Maurice réussira-t-elle à préserver sa faune marine ou perdra-t-elle toute la richesse de son or bleu ?

Un skipper de bateau nous signale que le parc marin de blue-bay n’est plus comme il l’était il y avait 10 ans de cela. ‘ ¾ corails inn fini mor ek lontan ti ena buku poissons aster pena meme poisson dan lagon la akoz dimoun finn tro la peche’ dit-il. Il ajoute également que la pêche illégale se pratique fréquemment à Blue-Bay et les pêcheurs n’hésitent pas à tuer les petits poissons tels que ‘des pavillons’, ‘des poissons clowns’, ‘des poissons trompettes’ entre autres. Et il indique que les garde-côtes sont mêlés dans ce trafic illégal.


Source: Joseph Dachelet

Le gouvernement a mis en place plusieurs projets autour de la faune marine. D’après le rapport de l’audit de 2012, le projet des villages écolos a été mis en place. L’État avait estimé de dépenser 50 millions pour quelque 9 villages. Mais en réalité le rapport de l’audit démontré que l’état a dépensé environ 85 millions de roupies pour les villages écolos. Ainsi, au lieu de gaspiller l’argent de l’état dans des projets grandioses qui ont peu de bénéfices, l’État aurait dû investir dans la formation des clubs de natation, des campagnes de sensibilisation sur les cas de noyades, la protection de la faune marine entre autres.

Activités à Blue-Bay

Il y a toute une panoplie d’activité qui se déroule sur la plage de Blue-Bay, des cours de natation, une visite en glass bottom, du ‘snorkelling’, des cours de yoga entre autres. Blue-Bay n’est pas une plage comme les autres, c’est un lieu de rencontre pour les femmes, un espace de thérapie pour quelques uns et un gagne-pain pour les skippeurs de bateaux.

Cours de natation

Ce n’est pas un secret que la majorité des Mauriciens ne savent pas nager. «Nous vivons sur une île entourée d’eau. Mais nombreux sont les Mauriciens qui ne savent pas nager. Li pa acceptab sa !» a lancé le Premier ministre le 13 février dernier.   Toutefois, graduellement les parents prennent conscience de l’importance de la natation dans la vie de leurs enfants.

Grand, petit, il n’y a pas d’âge pour apprendre à nager! Chaque weekend, la mer de Blue-Bay est bondée d’apprentis nageurs et leurs maitres-nageurs. Les élèves sont âgées de 3 ans à 70 ans. Deux sœurs  Yashdavee et Vaishnavee nous racontent leur belle aventure.

Le métier de maitre- nageur est sous-estimé à l’île Maurice. A Blue-Bay, certains maitres nageurs  font des cours bénévolement et d’autres pour leur gagne-pain. Une cinquantaine d’enfants sont placés sous la houlette de 4-5 moniteurs de natation. Du haut de leur expérience de 20 ans, deux coachs de natation nous expliquent les différents styles de nage et les précautions à prendre en cas de noyade.

La natation est une activité physique aux multiples bénéfices, notamment elle sert à tonifier les muscles et à améliorer la santé mentale.A noter que les cas de noyades ne cessent d’augmenter en 2017. Déjà presqu’une quinzaine de cas de noyades, alors les Mauriciens doivent imperativement apprendre a nager et prendre des précautions nécessaires.

La mer- Une thérapie

La mer est considérée comme une source de thérapie. Certains viennent à Blue-Bay pour faire de la marche le jogging, d’autres pour pratiquer de l’aqua gym après un accident ou une maladie entre autres. On a rencontré quelques personnes à Blue-Bay qui adoptent la natation et l’aqua gym comme une thérapie après une opération chirurgicale ou un accident.

La natation une catalyste pour une meilleure performance

Dès l’aube, on aperçoit une douzaine de personnes en train de pratiquer de l’aqua gym. Malgré le froid, ils s’adonnent pleinement à leur cours de natation. A notre grande surprise, le groupe consistait du directeur du supermarché de King Savers- Alain Saverettiar en compagnie  d’une douzaines de ses employés.

Alain est un homme au cœur d’or, il met à la disposition de ses travailleurs un van qui vient les chercher à 3h30 du matin de Middlands à Rivière des Créoles.  Le groupe vient nager 3 fois par semaine. A 4 heures du matin, ils sont déjà dans l’eau ! Il y a une complicité entre le patron et ses employés. Ils ont aussi un coach de natation bénévole Rajiv Kallychurn qui les entrainent déjà depuis 5 ans.

Ses employés d’éloges a l’égard de leur employeur. Ils se considèrent bien chanceux d’avoir un patron qui les motive à pratiquer du sport. Pour quelques uns, la natation a amélioré leur sante en renforçant leur système immunitaire et pour d’autres la natation leur ont aidé à améliorer leur performance au travail. Toutefois, ils soulignent tous que la natation a renforci l’esprit d’equipe.

Alain  tel un chef d’orchestre motive ses protégés à pousser leurs limites. Comme dit l’adage ‘a healthy workforce is a wealthy workforce’.  Alain est un visionnaire,  qui pense que des employés en forme sont plus performants. Aujourd’hui ils sont tous des nageurs proffessionels.

King Savers se trouve parmi un cercle restreint des entreprises qui offre de telle facilité à ses travailleurs. C’est une longue d’histoire d’amour entre Alain, ses employés et la mer qui ne se terminera pas d’aussi tôt !

Toutefois, tout n’est pas en rose a Blue-Bay. La pêche illégale s’effectue à Blue-Bay.

Coast Guard

En 2017, on a recensé 2 cas de noyades dans le lagon de Blue-Bay. Est-ce que ces vies auraient pu être sauvées si les garde-côtes faisaient leurs patrouilles plus souvent ?  Les nageurs déplorent le manque de garde-côtes dans le lagon de Blue-Bay.

Un plongeur professionnel nous raconte qu’il a été témoin d’une scène insolite. ‘Une fois quand j’étais en train de plonger dans le parc marin j’ai constaté qu’il y avait d’autres plongeurs qui pêchaient des poissons avec des harpons. Et à la surface il avait un speedboat ou les pêcheurs déposaient les poissons. J’avais averti les membres de la garde-côte de cette pêche illégale. Mais aucune action n’a été prise à leur égard. Un autre jour, j’ai vu que les garde-côtes laissaient les pêcheurs libres en échange de quelques gros poissons’ dit-il avec un air de dépit. En d’autres mots, la pêche illégale se pratique à Blue-Bay.

Un ancien garde-côte nous dévoile que la pêche illégale se pratique près de l’hôtel de Shandrani à Blue-Bay. Il déplore le manque de ressources. Toutefois il partage que les garde-côtes travaillent déjà en collaboration avec la SMF pour combattre la pêche illégale. Il souligne que si on attrape quelqu’un en train de pêcher des petits poissons, il aura à payer une contravention.

Enfin la plage de Blue-Bay est une plage unique avec son parc marin et ses différentes espèces de coraux. Le gouvernement doit collaborer avec les ONGS pour sauver la faune marine et déclencher l’élevage des coraux le plus vite possible.

Il est grand temps que l’État cesse d’investir dans des projets grandioses juste dans le but de laisser leur empreinte. Au lieu de dépenser 85 millions de roupies sur des villages écolos, il serait mieux d’investir dans les cours de natation, la formation des pêcheurs sur la surpêche, des campagnes de sensibilisation sur l’impact des activités nautiques tels le speed boat sur les coraux entre autres.    Notre or bleu est menacé, L’État doit impérativement cesser ses gaspillages et protéger nos plages et notre faune marine.

Source: Joseph Dachelet

 

Par Naheeda Alibocus

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s